Séminaire BABYLONE – Psychanalyse & Littérature – 3 avril 2006 [50]

Isabelle BLONDIAUX
Psychiatre, docteur en philosophie
Céline et le désir de devenir psychiatre

 « Céline et le désir de devenir psychiatre » a déjà fait l’objet d’une présentation, à l’occasion du XVe colloque international Louis-Ferdinand Céline qui s’est tenu à Budapest du 9 au 11 juillet 2004 (Médecine, Actes du quinzième colloque international Louis-Ferdinand Céline, Paris, Société d’études céliniennes, 2005, pp. 49-68).
Cette communication s’inscrit dans le cadre d’une réflexion plus large sur le contexte de l’œuvre littéraire, en particulier ses modalités d’énonciation, et doit beaucoup au concept de paratopie développé à partir des années 1990 par Dominique Maingueneau, spécialiste de l’analyse du discours, dont l’ouvrage de référence est ici Le discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, 2004.
Je tente ainsi de montrer, tout d’abord à partir de l’examen de déclarations de l’écrivain (extraites notamment des Cahiers Céline 1 et 2, Gallimard), dont l’affirmation « mon désir était de devenir psychiatre » constitue le point de départ, puis à travers une analyse de l’épisode de Voyage au bout de la nuit consacré au séjour de Bardamu dans la clinique psychiatrique du docteur Baryton, la manière dont la construction d’une œuvre participe d’un mouvement unique qui vise à la produire tout en construisant par là même la posture qui permet de la produire.
Il s’agit ainsi de mettre en évidence comment, dès son origine, l’œuvre de Céline, participe des trois plans de l’espace littéraire que sont : le réseau « d’appareils » où les individus peuvent se constituer en écrivains et en publics, le champ de l’institution littéraire proprement dit, lieu de confrontation entre positionnements esthétiques divers et, enfin, l’espace de l’archive, lieu de la mémoire interne de la littérature, soit de l’intertextualité, à entendre non seulement au sens strict mais aussi à celui de la référence à une « bibliothèque imaginaire » et donc à des « légendes », ici la confrontation au Quichotte/Quichotte, indissociablement monument de la littérature (donnant la mesure de l’ambition de cet écrivain débutant) et figure de l’ectopie induite par toute rencontre authentique avec la littérature, dont les personnages de Céline constituent des avatars. Nous proposons le terme « ectopie » pour désigner la sortie, l’exclusion d’un lieu référentiel. L’errance et la folie en constituent des modalités.
À travers notre lecture, nous cherchons ainsi à illustrer la manière dont le concept de paratopie désigne simultanément ce dont il faut se libérer par la création et ce que la création approfondit.

Informations complémentaires
1/Le XVIe colloque international Louis-Ferdinand Céline, consacré au thème de la guerre, se tiendra à Caen du jeudi 29 juin au dimanche 2 juillet 2006.
La soirée du jeudi 29 juin se déroulera au Mémorial de la Paix et sera consacrée à une table ronde : Céline et les écrivains en guerre.
Le colloque se tiendra ensuite à l’abbaye d’Ardenne (Institut Mémoire de l’Édition Contemporaine) et se terminera le dimanche 2 juillet par une visite du Mémorial de la Paix.

2/La diffusion et la distribution des publications de la Société d’études céliniennes (Actes des colloques, ouvrages et revue Études céliniennes) sont assurées par :
Les Autodidactes - 53, rue du Cardinal-Lemoine - 75005 Paris

Isabelle BLONDIAUX a une double formation médicale et littéraire. Après un cursus hospitalier classique, elle a quitté fin 2001 son poste de responsable de l’Unité de Psychiatrie de l’Hôpital Tenon pour exercer la psychiatrie et la psychanalyse dans le privé. Ses études de Lettres, notamment la rédaction de d’une thèse de doctorat, l’ont orientée vers les études céliniennes. Aujourd’hui secrétaire de la Société d’études céliniennes, elle appartient également au Groupe de recherches céliniennes et au comité de rédaction de la toute jeune revue Études Céliniennes (Numéro 1 paru à l’Automne 2005).
Elle a publié : Une écriture psychotique : Louis-Ferdinand Céline (Nizet, 1985), « Céline : A Clinical or a Critical Case ? » dans Céline and the politics of difference (University of New England, 1995), Céline. Portrait de l’artiste en psychiatre (Société d’études céliniennes, 2005), de nombreux articles dans les Actes des colloques internationaux L.-F. Céline et dans Le Dialogue dans l’œuvre romanesque de Louis-Ferdinand Céline (Société d’études céliniennes, 2004).

©2020 Babylone IMM

Search