Séminaire BABYLONE – Psychanalyse & Littérature – 8 novembre 2004 [49]

Silke SCHAUDER
professeure des Universités, UPJV, Amiens, psychologue clinicienne
Le temps de l’œuvre et l’œuvre du temps
Quelques notes sur Camille Claudel


Dans cette communication, je proposerai une étude de l’oeuvre de Camille Claudel sous différents aspects du temps. Comment les sculptures s’inscrivent-elles dans le temps chronologique d’une vie ? Par quel truchement l’artiste résout-elle la difficulté majeure, inhérente à toute sculpture, à savoir la représentation du mouvement ? Comment les sculptures elles-mêmes, par leur thème, leur épaisseur et leur complexité, font-elles apparaître l’oeuvre du temps ?

Afin de réunir des éléments de réponse à ces questions, je vais analyser plus en détail sept sculptures de Camille Claudel : La Valse (1889-1905), Sakountala (1886-1905), Les Causeuses (1896), La Vague (1897-1903), Persée et la Gorgone (1897-1902), Clotho (1893-1897) et enfin, L’Âge mûr (1894-1900) qui est considéré par d’aucuns comme son chef d’œuvre. Chaque sculpture sera interrogée en ce qui concerne ses rapports subtils au temps, ce dernier étant une constante dans l’œuvre de Camille Claudel. Notamment en approfondissant la lecture de L’Âge mûr, je tenterai de montrer l’intérêt d’une approche génétique de l’oeuvre. La comparaison des différentes versions, la première datant de 1894, la dernière de 1900, permet-elle de dégager les modifications tant artistiques que relationnelles qui sont intervenues dans l´intervalle ? En quoi le repérage des différentes étapes peut-il nous renseigner sur la question essentielle de la sublimation ? L´Âge mûr (1898) est à Camille Claudel ce qu´est Le partage de Midi à son frère : le zénith irrémédiablement dépassé de sa vie, le témoignage bouleversant de la rencontre, dévastatrice, avec celui „qui n´a pas su prendre son âme". Dans cette sculpture qui sur le plan biographique représente la rupture avec Rodin, nous pourrons voir, outre son drame personnel, le temps même à l’œuvre.

Que l´œuvre d´art naisse de la perte, qu´il constitue, par les opérations complexes de la sublimation, une métaphore intime et un dépassement possible du deuil : voilà les hypothèses qui seront présentées au débat. Je conclurai sur la folie largement débattue de Camille Claudel : devons-nous la penser, entre autres, comme un échec progressif et irréversible, de la sublimation, laquelle semble de moins en moins portée par les pulsions de vie, mais constituerait, plutôt, un cadre de plus en plus fragile, puis détruit par les pulsions de mort ?

N.B. Il est souhaitable qu’en amont, les auditeurs prennent ou reprennent connaissance des œuvres de Camille Claudel qui sont exposées au Musée Rodin, au Musée d’Orsay et à l’AFP. Une présentation de diapositives est prévue lors de ma communication, mais rien ne remplace la rencontre, dans l’espace et le temps, avec ces œuvres qui en offrent parmi les représentations les plus pures…

Références bibliographiques
ARNOUX, D. (2002), "Paul Claudel, un sacrifice joyeux" in : Che vuoi?  Revue de Psychanalyse, Sublimer ? II. Chemins de la création, L´Harmattan, Paris, n°19, pp.117-133.
CASSAR, J. (1987). Dossier Camille Claudel. Librairie Archimbaud, Séguier, Paris.
CLADEL, J. (1936). Rodin, sa vie glorieuse et inconnue.  Grasset, Paris.
CLAUDEL, P. (1951). "Ma soeur Camille" in : PARIS, R.-M. (2000). Camille Claudel re-trouvée. Catalogue raisonné, Éditions Aittouarès, Paris, pp.95-104.
DE LA CHAPELLE, A. (1989). "L´art de Camille Claudel " in : PARIS, R.-M. (2000). Camille Claudel re-trouvée. Catalogue raisonné, Éditions Aittouarès, Paris, pp.113-141.
FREUD, S. (1917). Trauer und Melancholie. Studienausgabe, Bd.3, p.193-212. (Trad.frs. Deuil et mélancolie).
MORHARDT, M. (1898). "Melle Camille Claudel" in : Cassar, J. (1987). Dossier Camille Claudel. Librairie Archimbaud, Séguier, Paris, Annexe 13, pp.455-501.
PARIS, R.-M. (2000). Camille Claudel re-trouvée. Catalogue raisonné, Éditions Aittouarès, Paris.
PINET, H. (1994). Rodin, les mains du génie. Collection Découvertes Gallimard, Paris.
PINET, H. et PARIS, R.-M. (2003). Camille Claudel. Le génie est comme un miroir. Collection Découvertes Gallimard, Paris.
PINGEOT, A. et al. (1988). L´Âge mûr de Camille Claudel. Les dossiers du musée d´Orsay, n°25. Editions de la RMN, Paris.
RILKE, R.-M. (1902). Rodin. Editions du Seuil, Paris.
RIVIERE, A. ; GAUDICHON, B. ; GHANASSA, D. (1996). Camille Claudel. Catalogue raisonné. Adam Biro, Paris.
SCHAUDER, S. (1999). "Son, voix, cri. Pour une étude des sculptures de Camille Claudel sous l´angle du rythme." Communication lors des Journées d´Automne de la S.F.P.E. (Société Française de Psychopathologie de l´Expression et de l´Art-Thérapie) sur le thème Ligne, espace, rythme. Salpetrière.
SCHAUDER, S. (2001). "D´une Pietà l´autre. Notes sur une étude préparatoire de Michel-Ange (1475-1564)" Communication, sur invitation, présentée lors des Journées d´Étude de la S.F.P.E. sur le thème Le double et ses miroirs cliniques, artistiques, scientifiques, co-organisées par Dominique de Miscault, Jean-Gérald Veyrat et Silke Schauder les 20 et 21 octobre 2001 à la Salpêtrière, Paris (à paraître in : Annales des Journées d´Etude).
SCHAUDER, S. (2002). "Camille Claudel - contemporaine de l´éternité" in : Encrages, n°3, L´Harmattan, Paris, pp. 32-47.
SCHAUDER, S. (2003). "Trauma der Schönheit oder Schönheit des Traumas ? Notizen zur Pietà Michelangelos", in : Hampe, R. et al. (2003), Trauma und Kreativität, Universität Bremen, pp.333-343.
SCHAUDER, S. (2004). « Autant en emporte le Temps... Notes sur L’Age mûr de Camille Claudel. » Colloque « La Perte », Cerisy-la-Salle, le 16 août 2004 (à paraître in : Actes du Colloque).  
SIMMEL, G. (1911). Michel-Ange et Rodin. Trad. frs. Rivages poche, Petite Bibliothèque, Paris.

©2019 Babylone IMM

Search