Séminaire BABYLONE – Psychanalyse & Littérature – 2 mars 2015 [124]

Vassilis KAPSEMBELIS
Psychiatre, psychanalyste, membre de la Société psychanalytique de Paris, directeur du Centre de Psychanalyse de l’ASM 13
Antigone, entre deuil et mélancolie
Discutant : Guillemette BALSAN, Psychiatre


Antigone a suscité un très  grand nombre de textes d’interprétation, psychanalytiques, littéraires ou philosophiques. Pour les psychanalystes, Antigone est la conclusion d’une réalisation incestueuse poussée à ses extrémités mortifères, ou la mort comme aboutissement du refus de céder sur ses désirs (Lacan), ou la dimension sacrificielle, masochique et mélancolique du féminin, ou une illustration de la pulsion de mort dans ce qu’elle a de plus radical et pur (Kristeva). La conférence proposera une lecture strictement clinique qui oppose deuil et mélancolie. En suivant étroitement le texte de Sophocle, le but sera de montrer qu’Antigone tente, sans succès, d’inscrire la mort de son frère dans un processus de deuil, et que c’est devant l’impossibilité de cette opération qu’elle est conduite à la position mélancolique qui implique sa mort.

Quelques références bibliographiques
L. Grenier et S. Tremblay (dir.), Le projet d’Antigone. Montréal, Liber, 2005.
J. Kristeva, La limite et l’horizon. L’Infini, n° 115, 2011.
J. Lacan, Le Séminaire, Livre VII. Paris, Éditions du Seuil, 1986.
G. Steiner, Les Antigones. Paris, Gallimard, 1986.

©2019 Babylone IMM

Search