Séminaire BABYLONE – Psychanalyse & Littérature – 7 mars 2011 [96]

Paul DENIS
Psychiatre, psychanalyste, Membre titulaire de la SPP.
Paul Valéry et le divan du poème
Discutante : Elisabeth BIROT, psychologue, psychanalyste

A l’été 1916 Paul Valéry est aux prises avec ce qui sera La Jeune Parque, il écrit à un ami qui l’invite à venir en Bretagne, décline cette invitation  et se justifie ainsi :
« J'ai là une sorte de poème qui ne veut s'achever, un monstre gonflé des loisirs de mon inutilité 
pendant la guerre. Sans «sujet », sans nom, sans âge certain, hydre indéfiniment extensible, qui se peut aussi couper en morceaux, - dont je ne dis pas que ce seraient autant de morceaux vivants ; bref, c'est aussi un train d'alexandrins (plus « réguliers » que ce n'est la mode), un train qui, pour ma stupeur, est sorti de mon long tunnel, un serpent de trucks, disons-le, chargés de toutes les sottises que je n'ai pas écrites pendant vingt et quelques années d'abstention et abstinences sérieuses... Qui me l'eût dit, j'aurais ri à son nez !
Mais enfin je suis excédé de cette involontaire Enéide. Et pourtant, il me choquerait de laisser en plan un si long discours sans motif. Passe temps, d'abord, puis un irritant exercice. Une scie, désormais. Mais où trouver la force d'y revenir sans dégoût, d'achever comme on fait d'une bête blessée ? Où reprendre l'appétit de s'y réattabler? »
Hydre indéfiniment extensible, sans sujet, sans nom, … un train qui pour ma stupeur est sorti de mon long tunnel… involontaire Enéide… Ne pourrait-on voir là les métaphores de quelque processus analytique ? Engagement que l’on ne peut lâcher impunément… De là à imaginer que l’écriture de la Jeune Parque a été un temps d’autoanalyse pour Paul Valéry, c’est un pas que nous essaierons de franchir…

Bibliographie
Paul Valéry :    La jeune Parque.(1918). Gallimard
Cahiers , La pléiade, Tomes 1 & 2. Gallimard
Monsieur Teste (1926). Gallimard

©2020 Babylone IMM

Search